L’enfance en barbelés

Au pays des droits de l’homme, l’enfance en barbelés.

Dans une époque bousculée de conflits, de changement climatique et de guerres économiques, les enfants, les adolescents de cette planète sont frappés de plein fouet.

Un migrant sur trois est un enfant.

Grandir avec cette expérience du déracinement, vivre avec ce qu’on a vu, vécu, sur ces routes de l’exil… et subir ensuite le rejet, les violences administratives d’un état qui se replie sur lui-même.

À ce jour, la Cimade

signale une dizaine d’enfants enfermés au Centre de Rétention Administratif du Mesnil Amelot. 305 enfants étrangers auraient été enfermés en 2017.

C’est un lieu de privation de liberté pour des gens qui n’ont commis aucun délit, si ce n’est celui d’être étranger. Il est situé au bord des pistes de l’aéroport de Roissy, des avions le survolent chaque minute.

Des hommes, des femmes, des mineur.e.s isolé.e.s, de jeunes enfants, des nourrissons, des femmes enceintes, des personnes malades y sont enfermés dans des conditions très précaires et dans l’angoisse quotidienne d’être amenés à l’aéroport et renvoyés dans un pays où ils ont été maltraités, voire dans un pays où ils risquent leur vie.

Le défenseur des droits, le 22 février dernier, s’est inquiété de l’enfermement des enfants dans ce lieu, en dépit de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant.

La France a été condamnée 5 fois par la Cour Européenne des Droits de l’Homme pour l’enfermement des enfants.

Le 21 février 2018, le gouvernement a présenté un projet de loi et envisage d’augmenter la durée maximale de l’enfermement en centre de rétention pour passer de 45 à 135 jours.

De plus, le CRA du Mesnil Amelot est de plus un lieu insalubre, indigne, où plusieurs tentatives de suicide ont été signalées par les personnes enfermées.

Pour rappel, la Cimade demande :

— en France comme en Europe, réformer l’ensemble de la politique d’immigration, afin de rompre avec une politique d’éloignement forcée et de garantir les droits et libertés fondamentales.

— Fermer les centres et locaux de rétention et supprimer plus largement toutes les formes d’enfermement spécifiques aux personnes étrangères.

Des explications vidéo de la Cimade sur l’enfermement des enfants au CRA

France : enfants détenus

"On n'a jamais vu autant d'enfants en centre de rétention." De plus en plus d'enfants seraient enfermés dans des centres de rétention en France.

Posted by AJ+ français on Mittwoch, 7. März 2018

Les conditions de vie sordides au CRA du Mesnil Amelot

Journée internationale des droits de l’enfant

À l’occasion de la journée internationale des droits de l’enfant, lundi 20 novembre, nous vous invitons à vous mobiliser aux côtés de ces enfants et adolescents pour dénoncer les graves atteintes portées à leurs droits fondamentaux, et les soutenir.

Mon rêve en rouge, c’est que les enfants aillent à l’école.
J’ai rêvé de café et de chocolat pour tous les enfants.
J’ai rêvé de savon, du savon de soleil pour laver tous les enfants.

Mouhamed

À Paris, comme dans beaucoup d’autres villes, des centaines d’enfants et d’adolescents isolés étrangers sont laissés sans protection.

Selon la loi, tous les enfants mineurs isolés doivent être protégés, quel que soit leur statut.

En réalité se sont des centaines d’adolescents qui sont livrés à eux-mêmes et exposés à tous les dangers de la rue, en dépit des obligations qui pèsent sur les conseils départementaux en matière de protection de l’enfance.

Pour cette journée des droits de l’enfant, nous avons voulu que les jeunes soient impliqués, ils ont envie de dire, envie de se battre. Nous avons fait ensemble des ateliers de dessin et d’écriture, ils ont formulé leurs revendications, leurs rêves.

Rencontres, discussions, prise de parole des jeunes, atelier sérigraphie avec l’Établi, performance dessinée, distribution d’un journal avec les textes produits par les jeunes, collecte.

“De la détermination plein le sac à dos” comme le dit Yahaya, soyons à leurs côtés !

Rassemblement lundi 20 novembre,
de 13h à 16h, sur la terrasse de La Rotonde, Place de la Bataille de Stalingrad à Paris

Ce que je n’ai pas pu vous dire

Dimanche 12 mars, hôtel Pasteur, 17h30. La vente d’illustrations se termine, la foule reflue. Je prends le temps de me promener. Il reste quelques illustrations aux murs de la salle d’exposition, taches de couleurs gaies sur le crépi qui s’effrite. Des enfants courent et leurs rires résonnent dans cet espace presque vide à présent. Dans la salle du fond, deux ateliers sont encore en cours. Je m’assois à côté d’un petit blond qui tamponne assidûment de jolis brins d’herbes, échange quelques mots avec Agathe. Elle est comme nous tous, fatiguée mais souriante. Je ne m’attarde pas, il va falloir clore la vente. Continuer la lecture de « Ce que je n’ai pas pu vous dire »

Carnets et écrits, dimanche 26 février après midi

Journée Solidarité Famille Migrantes organisée par l’association Polyvalence aux Grands Voisins.

Encrages y a fait une fresque géante avec Carole Chaix, Géraldine Alibeu, Magali Le Huche et Éléonore Zuber, un atelier de Portraits d’animaux avec Vanessa Hié et une lecture de Thomas Scotto traduite en dari par Panthéa. Continuer la lecture de « Carnets et écrits, dimanche 26 février après midi »