On aurait dû dire

On aurait dû dire :

Bonjour, vous devez être fatigués. Quel long voyage vous avez fait. Et si dur, oui, nous n’en doutons pas.

On aurait dû dire :

Comme vous avez dû avoir peur sur ce maudit bateau. Et vos enfants ? Vos proches ? Disparus dans les vagues ? Nous partageons votre douleur. Nous sommes désolés, attristés, indignés, furieux… Nous vous présentons nos condoléances. Nous souffrons avec vous.

On aurait dû dire :

Entrez donc. Ce n’est pas luxueux, nous le savons bien. Mais ici, au moins, vous serez à l’abri. Vous serez au chaud. Vous allez pouvoir vous reposer, enfin. Ici, vous pourrez remplir vos poumons sans craindre les gaz, vous pourrez chanter sans craindre les bombes, vous pourrez vous aimer sans penser à la mort. Vous ne dormirez plus jamais dehors, dans le froid de nos villes.

On aurait dû dire :

Tenez, nous vous offrons des livres pour vos enfants. Des images, des comptines, des jeux de doigts, des ritournelles pour qu’ils sourient à nouveau. Et il y a une place pour eux dans la crèche du quartier. L’école les attend. On a préparé des cartables avec tout ce qu’il faut dedans. Nous en ferons des écoliers heureux, entourés de camarades ravis d’apprendre à prononcer leurs noms.

On aurait dû dire :

Mais bien sûr, vous pouvez apprendre notre langue. C’est prévu. Regardez : voici les personnes qui vous aideront. Vous aurez du mal au début, avec les « U » et les « AN », mais cela viendra. Et de toute façon, ça ne nous empêchera pas de nous comprendre, allez !

On aurait dû dire :

Et cette joue douloureuse, cette dent gâtée, cette écorchure au talon qui s’est infectée, cette angine mal soignée, ces insomnies qui vous épuisent, ce bacille qui ronge vos poumons, ces

angoisses qui vous nouent le ventre, des médecins sont là pour s’en occuper. Et vous n’aurez rien à payer, bien sûr. Fait-on payer ses invités ?

On aurait dû dire : « Soyez les bienvenus ».

On aurait dû.

Mais au lieu de cela…

Nous avons monté des grilles

Nous avons pris vos couvertures

Nous avons rendu inextricables les démarches que vous devez faire

Et les pierres que nous avons dans le cœur, nous les avons posées Porte de la Chapelle.

Ghislaine Roman
Image Magali Attiogbé