Back
Image Alt

Comment ça marche le métro ?

Le métro est un système de transport qui relie la ville par des trains souterrains. Il est organisé en plusieurs lignes avec des stations sur différents itinéraires. Vous vous demandez souvent comment ça marche ? Découvrez la réponse dans cet article.

Les types métros

Tout d’abord, vous devez savoir qu’il existe deux types de lignes de métro : les lignes ferroviaires et les lignes pneumatiques. La différence entre eux est très simple. On reconnaît le premier parce que les wagons ont une sorte d’antenne qui se connecte aux câbles installés sur les rails.

A lire également : Comment contacter la radio RTL ?

En revanche, le second type ne dispose pas de cette antenne. On peut également les différencier, car l’un utilise des pneus en métal et l’autre des pneus à air. Devinez quel nom correspond à quoi. Comme vous le savez probablement déjà, seules les lignes A et B du métro appartiennent au groupe des chemins de fer. Les autres utilisent des wagons pneumatiques.

Comment fonctionnent les pistes ?

Si vous vous êtes arrêté pour regarder les rails, vous aurez remarqué qu’il y a trois essieux principaux de chaque côté. Deux sur les côtés et un au centre, plus haut que les côtés. Eh bien, chacun a un nom et une fonction. Celui du centre est appelé « rail de guidage » et est chargé d’acheminer le courant électrique vers les wagons. Il transporte environ 750 V, soit environ sept fois la puissance que reçoivent nos maisons dans des conditions normales.

A découvrir également : Comment conserver les vieilles photos ?

La barre latérale du côté où les coureurs montent dans les voitures est : appelée « piste de course ». Comme son nom l’indique, c’est la base sur laquelle les pneus roulent. Il n’a aucune autre fonction et ne transporte aucun courant électrique. Il est : attaché à l’autre axe, qui est en fait comme une petite encoche dans cette barre. Le troisième essieu s’appelle « rail de sécurité ». Il sert à remplacer la bande de roulement en cas de crevaison du pneu principal.

Les types de conduite

Il existe deux grandes façons de conduire une rame de métro : manuellement et automatiquement. Dans les deux cas, il doit y avoir un conducteur qui surveille les commandes. Le pilotage automatique est la solution par défaut et la plus courante dans les stations que nous traversons régulièrement. L’autopilote régule la vitesse des trains, ainsi que le moment où il faut freiner.

La conduite manuelle comporte trois sous-types et est généralement utilisée dans des cas particuliers. Dans ce mode, le conducteur a le contrôle de certaines opérations. Par exemple, la vitesse du train, l’indication du moment où il faut avancer et celui où il faut freiner.